Mode alternatif de résolution des conflits

 Les Modes Alternatifs de Résolution des Conflits (MARC) sont des pratiques placées en regard des systèmes mis en place par les États et les gouvernements (recours contentieux, système judiciaire) impliquant un règlement à la fois juridique et judiciaire d’un différend. En anglais, il s’agit des ADR, soit Alternative Dispute Resolution.

Ces modes ont fait l’objet d’un livre vert1 au sein de la commission européenne qui souhaite promouvoir ces nouveaux modes de résolution des conflits.

 

Généralités

Selon les enjeux, on parle également de :

  • MARL – le L signifiant Litiges
  • MARD – le D signifiant Différend

Les modes alternatifs de résolution de conflit ou MARC se rapportent aux processus et aux techniques de résolution de conflit en dehors des procédures juridiques sous autorité étatique.

La pratique la plus connue des MARC est aujourd’hui la médiation. Les intérêts que présentent ces modes sont les suivants :

  • absence de lourdeur dans les procédures ou processus ;
  • coûts contrôlés de la prestation choisie ;
  • préférence pour la confidentialité ;
  • avec la médiation, issue choisie par les parties.

 

Théorie

Un mode de résolution des conflits est considéré comme alternatif au regard du système de décision auquel il est fait référence de manière conventionnelle, c’est-à-dire du système judiciaire.

Tout processus tendant à permettre à des parties en conflits de rechercher et d’accepter amiablement une solution pour cesser le conflit sera considéré comme alternatif, considérant qu’une décision judiciaire imposerait une décision. De même, dans une relation contentieuse avec une administration, la pratique de la négociation ou de l’intervention d’un tiers évitant le recours à une procédure sera considérée comme alternative.

 

Discussion

La discussion porte souvent sur l’usage du qualificatif alternatif. À savoir, un mode alternatif devrait présenter deux possibilités. Or, dans cet usage alternatif tend à signifier une autre possibilité relativement à celle des rapports de force, sans offrir deux voies possibles.

 

Listes des modes alternatifs de résolution des conflits

Attention, cet article ne fait pas la différence entre les modes alternatifs de résolution des conflits et les modes alternatifs de résolution des litiges

 

Arbitrage

L’arbitrage en matière contentieuse consiste à faire appel à un tiers en dehors du système judiciaire. Ce tiers – qui peut être un collège de personnes missionnées par les parties – est chargé par les protagonistes d’instruire l’affaire, d’écouter les parties et de prendre une décision.

 

Conciliation

La conciliation consiste dans le recours à un tiers, ayant le plus généralement le statut de conciliateur de justice, dans le cadre d’une procédure judiciaire (conciliation dite déléguée) ou en dehors d’une procédure judiciaire (conciliation dite extra-judiciaire, autonome ou conventionnelle), le rôle du conciliateur étant d’écouter les parties et de leur faire une proposition de règlement du différend.

 

Médiation

La médiation est généralement considérée comme une méthode en dehors des influences juridiques, morales et culturelles qui a pour objectif de permettre aux parties, accompagnées dans leur réflexion par le médiateur, de trouver la solution la plus satisfaisante possible pour elles – non pour le tiers médiateur.

 

Négociation

La négociation consiste dans la recherche d’un accord. Il existe plusieurs types de négociation. Le principe premier d’une négociation s’inscrit dans les rapports de force. Il s’agit de faire passer habilement ses idées en fondant l’intérêt de l’autre sur l’ambition ou l’espoir. D’autres principes de négociation sont développés actuellement, mais avec peu de succès: sans-perdant ou gagnant-gagnant et la négociation contributive, cette dernière élevant l’ambition de la recherche d’accord dans le respect de la réussite de l’autre dans et avec l’accord.

 

Droit Collaboratif

Le Droit Collaboratif, ou méthode collaborative, est une pratique du droit utilisant la négociation sur la base d’intérêts où les avocats sont engagés pour aider les parties à conclure une entente mutuellement acceptable. Les avocats et les parties signent un contrat stipulant leur consentement à ne pas aller devant les Tribunaux. Les parties et les avocats travaillent en équipe.

Les avocats pratiquant le Droit Collaboratif ont préalablement reçu une formation spécifique sur la base de la négociation contributive ou raisonnée, leur permettant d’aider les parties à renouer le dialogue pour leur permettre de trouver la meilleure solution possible à leur conflit. Les parties et leurs avocats se réunissent lors d’entretiens pour évoquer le conflit, ses origines, et le déconstruire afin de trouver un terrain d’entente satisfaisant pleinement les parties. L’accord final peut être homologué par le juge compétent.

 

Med-arb

Le med-arb est une approche mixée de la médiation et de l’arbitrage. En cas d’échec de la médiation – et plus vraisemblablement le médiateur ayant atteint ses limites de compétence – le médiateur se transformerait en arbitre. Le med-arb est vendu comme une prestation optimisée et permettant d’augmenter les chances que les parties aboutissent à un accord.

 

Recours collectif

Le recours collectif permet aux consommateurs d’engager une action collective qui peut se limiter à exercer un rapport de force visant à faire changer une politique ou un comportement de la part d’un fabricant ou d’un distributeur, voire à faire retirer un produit ou à le faire modifier. Ce recours peut aussi s’exercer en justice.